Aux pieds de grands voyages

eux pieds de érands voyages. ge sais! Mais savez-vous ce que les jeurs m'ent fait ? LTÉE LEUR TS ENT CEE UT ONE TES
Tel un ruisseau d'aréent éonflé par les orages
Mon coeur se languissait à toujours vous porter. BRES Chaque jour immebile dressait ses fiers épis,
AÉROUTRERETONL CLTSR ET CECTTETTESS
g'ai écouté le chant de l'or au vent velage, Sur ces Vagues meuvantes se dessinait l'ennui.
Gé ECOUTER CT RIT RUE CET SENS Même le ciel sur lui refermait ses nuages, À mon cou suspendait le fil de l'esclavage, RECU ORCLOETCUTE EN TAC LUS
bé) gai vu et j'ai compris l'absurde vérité, D'être ainsi près de Vous ne serait éuère sage, Çe que j'aimais sans doute est le bruit du feuillage Que murmuraïent Ves mots, dans lesquels je plongeais…