Dernier soupir

D'un ciel figé l'ennui ls nuages sévères
CPromènent leur noivceur sur le ville morose,
bu que sur ls toits et ls fenêtres closes
La Bruine dun avril, gère, puintanine,
RENE g engouffe dans les wues, un vent ébouriffé
Qui ne sait où aller par Chiver gui t pousse.
(Ge oceil hiver coin gui ne veut sen aller, (CPourbu, endolori, que le printemps repousse, C7 des éclaircies gui suvoiennené en douce. (Fimides, juste né, deux, toi rayons jols
CRévent d'une aventure en taveusant Le Éoù.
ar ls coteaux füteux, lagonie de grand froid
CPiôle une ultime fois ls arbres vabougiis. Le ciel cet émpatiené met la terre en émois Las partenes ont fleuri et le maison repre La saison de l'espoir rééerit sa chamon, L oiseau refait son nid, vois & jour ! Fes étre,
Et be bleu de ces vagues au lointain bougon
(Fait songer aux lengueurs dun éternel soupir. CLBF